Error!

Pourquoi faire du vin bio?

Pourquoi faire du vin bio?

Le vin bio a vu le jour en 2012. Pour être plus précis, le label « bio » concernait la culture des vignes (viticulture) sans prendre en compte le processus de transformation du raisin en vin (vinification).

Ces deux processus sont aujourd’hui soumis à la certification « bio » et de nouvelles règles s’appliquent sur la production du vin. A titre d’exemple, l’utilisation de pesticides ou de traitements synthétiques est interdite. Egalement, l’ajout d’intrants tels que le soufre ou l’acide ascorbique sont très limités lors de la vinification. Heureusement pour nous !

Le vin bio se développe tout autant que la demande de produits bio et c’est un réel succès. Toutefois, l’on pourrait se demander : Pourquoi faire du vin bio ?

Découvrez ci-dessous plusieurs arguments pour mettre en relief cette thématique.

Faire du vin bio pour l’environnement

En effet, les pesticides ont un cycle de vie plutôt long. Lors des différentes phases de la culture, ils sont pulvérisés dans les vignes. Les jours de pluies, les résidus de ces pesticides sont entrainés jusque dans les cours d’eau. Il faut prendre en compte que le cycle de l’eau inclut la faune marine qui va ingérer ces produits chimiques ainsi que l’être humain qui boit l’eau censée être pure.

Saviez-vous que les cours d’eau sont plus vulnérables car ils sont directement exposés et plus marqués par cette pollution ? C’est une contamination qui dans les eaux souterraines prend du temps sur plusieurs années et sur de nombreuses parties du territoire avant d’être visible.

Sachez également que ces produits sont susceptibles d’être responsable de la raréfaction des abeilles et d’un point de vue général de la biodiversité. La France par exemple est le premier consommateur européen de pesticides.

Faire du vin bio pour la santé et celle des viticulteurs

Le secteur viticole français représente pour l’industrie des pesticides 20% du marché agricole. Comprenez par cela, 20% de pesticides utilisés pour la vinification par des agriculteurs.

A l’origine, ces aides chimiques ont fait leur apparition lors de l’époque d’après-guerre pour lutter contre les maladies, augmenter les rendements et nourrir la population. Ironique n’est-ce pas ?

Les vignerons ont été appelé à être vigilant et les volumes autorisés à l’hectare ont fortement diminué. Ces derniers portent désormais des tenues et masques de protection lorsqu’ils pulvérisent les vignes.

Faire le choix de vins cultivés sans pesticides c’est protéger les vignerons qui ont fait le choix de ne pas utiliser de produits probablement cancérigènes au quotidien.

Faire du vin bio pour le goût

Si l’on en croit ceux qui ont osé faire le grand saut, le goût fait partie des bonnes raisons de passer au bio.

Les vins biodynamiques et natures se départagent car ce sont les seuls modes de production qui libèrent le raisin des contraintes des intrants chimiques des vignes et des additifs à la vinification. La première différence marquante entre le vin biodynamique et le traditionnel est la vigne. L’objectif de la biodynamie c’est d’avoir des vignes dont les racines vont pouvoir puiser les meilleurs minéraux pour obtenir des raisins sains. A la différence, la viticulture traditionnelle va utiliser des pesticides et insecticides qui emprisonnent les arômes des vins. L’inconvénient est donc d’obtenir des vins similaires, de caractéristiques moins expressives, fraîches et élégantes.

La biodynamie favorisera le travail d’un sol vivant et sain. Ainsi les raisins seront de meilleures qualités.

Faire du vin bio pour favoriser l’emploi et répondre à l’impact sociétal

Contrôler la pousse des herbes, prévenir le développement d’une maladie ou d’un ravageur demande de passer plus souvent dans les vignes pour veiller à la bonne santé des plants. Les plus petits domaines travaillent en famille tandis que les plus grands peuvent créer de nouveaux emplois.

La culture bio a permis à certains domaines de créer des emplois supplémentaires de tractoristes mais également de saisonniers pour vendanger à la main. Le bio est un mode de culture qui exige plus de présence à la vigne, de travail manuel. L’engagement est beaucoup plus physique mais le rendement beaucoup plus qualitatif.

Rien n’empêche de s’appuyer des conseils d’un consultant extérieur pour maximiser le rendement de chaque parcelle. Il est vrai que les vignerons y passeront plus de temps mais le travail de la terre à la main est bien plus satisfaisant lorsque l’on peut attester de la qualité de son travail. Attention toutefois à la fragilité des raisins non traités.

Tous les commentaires

Laisser une réponse